Skip Navigation

Photo de Mike DuBose, UMNS

Le Haut-Conseil Judicaire de l'Église Méthodiste Unie, à sa réunion d’Avril 2017, fera face à une pétition demandant comment l'élection d’une évêque ouvertement homosexuelle cadre avec le Livre de Discipline, la constitution de la dénomination.

Aperçu du débat juridique autour de l’élection d’une évêque homosexuelle

 

Par Heather Hahn
19 Avril 2017 | UMNS

Le Haut-Conseil Judicaire de l'Église Méthodiste Unie fait face à un certain nombre de questions concernant l'élection de la première évêque ouvertement homosexuelle de la dénomination - y compris celle de donner son avis.

Le Haut-Conseil Judicaire doit se réunir du 25 au 28 avril à Newark, dans le New Jersey, et le point principal de son ordre du jour est une pétition de la Conférence de la South Central Jurisdiction demandant de statuer sur l’élection, la consécration et l’affectation d'une évêque mariée à une personne de même sexe.

Toute décision concernant cette pétition pourrait affecter l'Evêque Karen Oliveto, qui est légalement mariée à une diaconesse Méthodiste Unie. La Western Jurisdiction des États-Unis a élu Oliveto en juillet. Elle dirige actuellement les conférences de Rocky Mountain et Yellowstone. Cependant, Oliveto n'est pas impliquée dans ce cas, et les questions dans la pétition ne le nomment pas.

Dixie Brewster, déléguée de la South Central Juridiction qui a posé le problème dans une requête à sa juridiction, en est la pétitionnaire. Le répondant est le Collège des évêques de la Western Jurisdiction. Des représentants de Brewster et du Collège des évêques participeront à une audience prévue pour 9 heures (EDT) le mardi 25 avril 2017.

Un débat auquel ce tribunal de l'Eglise est confronté est de savoir si la South Central Jurisdiction est en droit de contester l'élection d'un évêque dans une autre juridiction.

La constitution de la dénomination « est clair que chaque juridiction élit ses propres évêques, » selon un mémo déposé au nom du Collège des évêques de la Western Jurisdiction. Le mémo précise que « l’élection d'un évêque dans la Western Jurisdiction, par définition constitutionnelle, ne concerne pas la South Central Jurisdiction. »

Un mémo déposé au nom de Brewster contre-attaque pour dire que « une fois qu'une personne est élue et consacrée en tant qu'évêque, cette personne est évêque de toute l'Église et potentiellement éligible pour servir dans toute conférence juridictionnelle ou conférence centrale. »

C'est l'un des arguments dans cette affaire.

Le Livre de la Discipline, la constitution de la dénomination, soutient depuis 1972 que toutes les personnes sont d'une valeur sacrée, mais que la pratique de l'homosexualité est « incompatible avec l'enseignement chrétien. »

Depuis 2004, le livre a ajouté le fait de « ne pas être célibataire dans le célibat ou pas fidèle dans un mariage hétérosexuel » et « être un membre du clergé ouvertement homosexuel » comme des infractions aux lois de l'Église.

Les mémos déposés au nom de Brewster demandent au Haut Conseil Judicaire de statuer que les actions de la Western Jurisdiction en ce qui concerne l'élection, la consécration et l'affectation d’Oliveto comme « annulant, ignorant et violant » les dispositions du Livre de Discipline.

Par conséquent, selon les mémos, le tribunal de l'Eglise devrait annuler ces actions et invalider l'élection d’Oliveto.

Brewster ne demande pas au Haut-Conseil Judicaire de suspendre Oliveto de ses fonctions. Dans une longue note de bas de page, l’introduction de Brewster précise que, même si le tribunal de l'Eglise annule l'élection d'Oliveto, un précédent juridique indique qu'elle resterait pasteur ordonné en cours de révision.

Le Livre de Discipline a un processus distinct pour le clergé - y compris les évêques - accusé d'infractions imposables en vertu de la législation de l'Église qui offre un droit au procès et à l'appel. Ce processus ne commence pas au Haut Conseil Judicaire, selon une note du Collège des évêques de la Western Jurisdiction. Pour les plaintes des évêques américains, le processus se déroule généralement dans leurs propres juridictions.

Oliveto fait face à des « plaintes multiples » déposées depuis son élection en tant qu'évêque, a déclaré l'Evêque Grant Hagiya, président du Collège des évêques de la Western Jurisdiction.

Hagiya a déclaré à United Methodist News Service que les plaintes contre Oliveto sont encore « au stade de la phase où nous essayons d'élaborer une résolution juste. »

« Notre calendrier s'étend jusqu'à la décision du Haut Conseil Judicaire. Nous n'aurons, donc, aucune réponse avant que cette décision ne soit rendue, » a déclaré Hagiya. « Nous continuons de chercher une solution qui convienne aux deux parties. »

Les mémos du collège des évêques font valoir que le Livre de la Discipline n'a pas de loi qui interdit explicitement à un ancien (pasteur consacré) en règle de contracter un mariage civil avec une personne de même sexe. Les mémos affirment, en outre, qu'un tel mariage n'est pas une preuve suffisante pour prouver que quelqu'un est un « pratiquant homosexuel. »

« La nomination, l'élection, la consécration et l’affectation d'un évêque dans un mariage civil de même sexe ne nient pas, n’ignorent ni ne violent la loi de l'Église, » selon l’un des mémos.

Même si le Haut Conseil Judicaire se réunit, la Commission sur la Voie à suivre continue de chercher de nouvelles façons de soutenir l'unité Méthodiste Unie en dépit des divisions profondes autour de l'homosexualité.

Les parties opposées diffèrent quant à la façon dont le tribunal de l'Eglise devrait considérer les travaux de la commission. Le Collège des évêques demande au Haut Conseil Judicaire de se référer à la commission ; tandis que Brewster affirme que le mandat de la commission ne crée pas « une atmosphère où tout est renvoyé. »

Aucune décision du Haut Conseil Judicaire sur cet ordre du jour d'avril ne sera diffusée avant la fin de réunion.

 

Hahn est journaliste multimédia pour United Methodist News Services. Vicki Brown, Rédactrice en chef de UMNS, a contribué à ce reportage. Contact Média : newsdesk@umcom.org