Skip Navigation

Photo d'Eveline Chikwanah

L'évêque Gregory V. Palmer de l’Eglise Méthodiste Unie a présidé la rencontre du Groupe de travail mondial sur l'Afrique à Harare (Zimbabwe), où il a été annoncé que les Méthodistes Unis du Burundi ont décidé de se réconcilier.

Au Burundi, les Méthodistes Unis se réconcilient

 

Par Eveline Chikwanah
31 août 2017 | HARARE, Zimbabwe (UMNS)

Les Méthodistes Unis du Burundi ont décidé de se réconcilier à la suite des divisions qui ont porté atteinte au témoignage de l'Eglise, depuis plus d'une décennie, dans ce pays d'Afrique de l'Est.

La décision a été prise par les représentants des deux parties présentes au Burundi dans une lettre signée le 29 août à Harare par ces représentants, par les membres du Comité permanent sur les questions des Conférences centrales. Ce comité fait partie du Groupe de travail mondial sur l'Afrique, dirigé par l'évêque Gregory Vaughn Palmer de l'Ouest de l'Ohio.

« Le Seigneur était à l’œuvre parce que ces deux groupes se sont parlé. Ils ont affirmé qu’ils étaient à 98 pour cent pour la réconciliation » a déclaré Palmer.

« Il y avait une volonté ferme d’ouverture d’esprit et de contact mutuel parce que, dans certains cas, les personnes d’une même famille étaient divisées en fonction des différents groupes de l'Eglise, » a-t-il soutenu.

Les deux groupes Méthodistes Unis du Burundi, qui avaient fonctionné séparément, ont l'intention d’organiser une conférence annuelle conjointe spéciale en tant qu'Eglise en février 2018.

La lettre évoque « une espérance renouvelée » que les Méthodistes Unis au Burundi peuvent trouver ensemble une mission commune et un avenir radieux. « Nous étions ravis et profondément encouragés d’entendre comment, après une longue et douloureuse séparation, Dieu a œuvré à l'unité, » a déclaré la lettre.

«Nous avons été impressionnés par le nombre de conversations qui a déjà eu lieu et par l'ouverture avec laquelle les représentants sont venus à cette réunion, » poursuit-il. « Au cours du temps passé ensemble, nous avons assisté à un engagement clair des deux groupes à se réconcilier. »

Palmer a décrit la décision prise par les représentants du Burundi comme étant « exaltante. »

« Cela a dépassé mes attentes, » a soutenu l'évêque. « J'ai cru que le processus nécessiterait plusieurs conversations. »

Thomas Kemper, directeur de l’agence de l’Eglise Méthodiste Unie chargée des ministères globaux, a déclaré qu'il était dépassé par la réconciliation de l'Eglise au Burundi.

« Je pense que cela montre vraiment que Dieu fait toujours des miracles en notre sein parce que, depuis de nombreuses années, nous avons été impliqués dans des efforts pour la réconciliation, » a révélé Kemper.

Il a affirmé que l'Eglise, d’une manière générale, avait dépensé beaucoup d'énergie, de fonds et de temps sur le problème du Burundi, mais que le processus avait échoué. La dernière réunion s'est déroulée en Allemagne, il y a environ cinq ans.

« En tant que ministères globaux, nous attendons avec impatience d'assister à leur première conférence annuelle conjointe en février 2018, » a formulé M. Kemper. « Nous voulons avoir des conversations sur la façon dont nous pouvons collaborer avec l'église pour sa croissance et sa mission. »

L'évêque Daniel Wandabula de l'Afrique de l'Est a révélé qu'il avait invité les personnes qui avaient assisté à la réunion à Harare, en plus des représentants des hommes, des femmes et des jeunes, au siège épiscopal de Kampala (Ouganda) pour une rencontre prévue les 18 et 21 octobre.

« La première chose que nous ferons sera de prier, de célébrer et de réaffirmer les nouveaux points de vue. Nous avons besoin de rapports des deux parties, y compris les noms de leurs responsables » a souhaité Wandabula.

« Je me réjouis de cette réconciliation entre les Méthodistes Unis du Burundi. C'est un rêve devenu réalité et le moment était parfait, » a-t-il affirmé.

Le révérend Lazare Bankurunaze du Burundi a déclaré que l'Eglise était divisée depuis 2005. « Nous sommes engagés dans la réconciliation, » a-t-il ajouté. « Nous pensons que cela fonctionnera à cause de l'engagement que nous avons tous pris. Nous rendons grâces à Dieu et à l'église dans le monde de nous avoir permis d'atteindre ce niveau aujourd'hui. »

Le révérend Wilton Odongo, du Kenya, a dit que la réconciliation apportera un changement et une transformation dans toute la région épiscopale de l'Afrique de l'Est.

« Cette situation n'était pas bonne parce que le Burundi est l'Eglise pionnière de l'Afrique de l'Est. Dans notre culture, lorsque les parents sont divisés, les enfants souffrent » a révélé Odongo.

En plus de la rencontre de Harare, le Groupe de travail mondial sur l'Afrique organisera une rencontre de suivi en Sierra Leone en août 2018. Les deux consultations ont pour but d'aider le comité permanent à préparer la législation pour la Conférence Générale de 2020 quant aux zones devant accueillir les cinq nouveaux leaders épiscopaux en Afrique et accroitre l'efficacité des conférences centrales.

Chikwanah est une communicatrice de la Conférence annuelle du Zimbabwe-Est. Contact Contact média: newsdesk@umcom.org.