Skip Navigation

Photo de Karl Anders Ellingsen, UMNS.

Les Méthodistes Unis prient avec l’Évêque Christian Alsted, qui a été réélu pour diriger l'Église en Europe du Nord. Sa région comprend le Danemark, la Norvège, la Finlande (deux conférences annuelles), l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie

Christian Alsted a été réélu Evêque Méthodiste Uni

 

Par Karl Anders Ellingsen
21 Octobre 2016 | FREDRIKSTAD, Norvège (UMNS)

L’Évêque Christian Alsted a été réélu comme leader épiscopal par les délégués à la Conférence Centrale de l'Europe du Nord et de l’Eurasie.

Alsted, 54 ans, a été réélu le 21 Octobre lors de la réunion quadriennale de la conférence centrale à Fredrikstad. Il était le seul candidat. Au premier tour, il a obtenu 62 des 64 voix exprimées.

Alsted a déclaré à United Methodist News Service qu’avant le renouvellement de son mandat, il avait beaucoup réfléchi et prié afin de discerner si c’était la volonté de Dieu pour lui, sa famille et l'Eglise.

Il a été élu pour la première fois en 2008 par 46/54 délégués au 21ème tour de scrutin. Ces délégués sont des membres du clergé et des laïcs Méthodistes Unis des 13 nations composant la Conférence Centrale de l’Europe du Nord et de l’Eurasie, qui couvre 11 fuseaux horaires. Le mandat des évêques des conférences centrales est de huit ans, avec la possibilité d'être réélu pour quatre autres années.

Alsted est l’évêque de la Région Épiscopale d'Europe du Nord, qui comprend le Danemark, la Norvège, la Finlande (deux conférences annuelles), l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie.

« La différence majeure entre aujourd’hui et il y a huit ans est que j'ai acquis une connaissance beaucoup plus approfondie de la région, » a soutenu Alsted. « Je sais où je vais. Je connais nos problématiques, nos possibilités immédiates et où le Saint-Esprit est à l'œuvre dans l'Église. »

Il a ajouté deux autres différences depuis qu'il est devenu évêque : « la forte migration en Europe et la division intensifiée par la question de la sexualité humaine qui finalement pourrait menacer l'unité de l'Église Méthodiste Unie. »

Alsted, comme d'autres évêques en Europe, voit la forte migration comme une opportunité et un défi pour le ministère. Aujourd'hui, a-t-il dit, sa région a des congrégations multiculturelles. En même temps, soutient-il, la société européenne dans son ensemble y voit « la croissance de la xénophobie, l'islamophobie et le racisme. »

« Nous devons à plusieurs reprises évoquer la relation de Jésus avec les marginaux et les pauvres, » a déclaré l'évêque. « En tant que Méthodistes, ces attitudes doivent nous caractériser. Cela doit être notre empreinte. »

La dénomination a longtemps débattu sur la question de son ministère envers les personnes LGBTQ. Mais, les divisions se sont approfondies alors que plusieurs pays, dont certains en Europe, ont légalisé le mariage entre les personnes de même sexe. Présentement, les évêques Méthodistes du monde entier, y compris Alsted, mettent sur pied une commission chargée d'examiner les enseignements de l'Église liés à l'homosexualité et recherchent de moyens de maintenir l'unité de l'Église.

Alors que les leaders de l'Église - en particulier aux États-Unis - parlent d'un avenir où l'Église Méthodiste Unie n’est plus unie, Alsted exhorte les Méthodistes Unis à se rappeler qu'ils font partie d'une connexion mondiale.

« Même si un semblant de division devient une réalité aux États-Unis, nous sommes toujours là, et nous pouvons prendre la décision de rester unie en Europe du Nord et en Eurasie, » a-t-il dit.

Il dirige une région dans laquelle les opinions et les lois relatives à l'homosexualité varient considérablement.

« Pour l'Église Méthodiste Unie en Europe du Nord et en Eurasie, même avec la diversité d’opinions sur la sexualité humaine dans certaines conférences annuelles et entre les conférences annuelles, je crois qu'une séparation serait dévastatrice non seulement sur le plan organisationnel, mais encore plus sur le plan spirituel » déclare-t-il. « Je crois que cela est vrai pour toute la dénomination. »

Renforcer la mission

Alsted vit à Copenhague, Danemark. Il est marié à Elisabeth Flinck et a trois enfants. Depuis cette année, il est le président de la Table Connexionnelle, un organe de la dénomination qui coordonne le ministère et les ressources de toutes les agences. Il est également membre du Comité exécutif du Conseil des Évêques, co-président du Conseil Européen Méthodiste et membre du Conseil Méthodiste Mondial.

Les Églises Méthodistes Unies sont organisées en plusieurs régions, de nombreux districts, des douzaines de conférences annuelles et, à l'extérieur des États-Unis, en sept conférences centrales en Afrique, en Asie et en Europe.

L’Évêque Patrick Streiff, qui dirige la région de l’Europe centrale et méridionale, a présidé la réélection d’Alsted.

Alsted a été très actif dans l’œuvre de l’Eglise sur le plan mondial, a déclaré Streiff.

« Il a toujours maintenu notre mission principale en tant qu'Eglise de former des disciples de Jésus-Christ pour la transformation du monde, » a déclaré Streiff. « Dieu est à l’œuvre dans le monde, et notre vocation est de participer à cette œuvre. »

Le Livre de Discipline de l’Église Méthodiste Unie, la constitution de la dénomination, instruit chaque évêque à « garder la foi, l'ordre, la liturgie, la doctrine et la discipline de l'Eglise » et à « conduire toutes les personnes dont ils ont la charge dans le culte, dans la célébration des sacrements, et dans leur mission de témoignages et de service dans le monde. » Les évêques doivent également être des « voix prophétiques et des leaders courageux pour la justice envers tous les peuples. ».

Ellingsen est Directeur de la communication pour l'Église Méthodiste Unie en Norvège. Contact médias : newsdesk@umcom.org