Skip Navigation

Photo de Mike DuBose

L’Evêque Bruce R. Ough, Président du Conseil des Evêques de l'Eglise Méthodiste Unie

Déclaration de l’Evêque Ough sur le décret anti-immigration de Trump

 

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
30 janvier 2017

Minneapolis: L'Evêque Bruce R. Ough, président du Conseil des Evêques de l’Eglise Méthodiste Unie, a publié une déclaration relatif au décret anti-immigration du président Trump lors d'une conférence de presse parrainée par le Minnesota Council of Churches. Cet événement, qui s'est tenu à l'Eglise Méthodiste Unie Hennepin, a réuni des leaders religieux autour du thème de l'immigration. L’Evêque Ough a participé à cet évènement en tant qu'évêque résident de la région du Dakota-Minnesota de l'Église Méthodiste Unie. Cette déclaration est conforme à la position de l'Église Méthodiste Unie de s’unir avec les autres traditions confessionnelles pour dénoncer ce décret tout en rappelant les paroles de Jésus dans Matthieu 10:40: « Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé. »

« J'invite le peuple de l'Église Méthodiste Unie à voir le visage du Christ chez celui du réfugié, » a déclaré l’Evêque Ough. « Dites ‘non’ au mur de notre pays et de nos cœurs et dites ‘oui’ à leur espoir - notre espoir - pour une vie nouvelle. Unissons-nous et travaillons ensemble pour faire renaître l'âme de ce pays ! »

Voici la déclaration intégrale de l’Evêque Ough :

Aujourd'hui, je me joins aux collègues représentant plusieurs traditions religieuses pour dénoncer fermement l'attaque généralisée du Président Trump contre les immigrants et les réfugiés. Les ordonnances exécutifs imprudents et mal conçus du président Trump diviseront les familles, imposeront un test religieux aux musulmans confrontés à des migrations forcées, pénaliseront les communautés qui offrent un sanctuaire et éloigneront nos voisins des États-Unis. Ces actions sont coûteuses, inutiles et aux antipodes de nos valeurs de compassion, de dignité et de justice pour tous les individus, sans distinction de nationalité, d'appartenance religieuse ou de statut juridique.

Le message biblique est clair et sans équivoque. Les murs ne sont pas bibliques. L'hospitalité est biblique. Renier son voisin n'est pas biblique. Accueillir l'étranger est biblique. C’est à juste titre que le Judaïsme, le Christianisme et l'Islam présentent le règne de Dieu comme un banquet auquel tous les peuples sont invités. Nous devons accueillir l'étranger, aimer notre prochain et soutenir les plus vulnérables d’entre nous. Ces valeurs issues de nos textes sacrés et de nos traditions confessionnelles sont actuellement reflétées dans le mandat du Programme américain chargé des admissions des réfugiés et ne doivent pas être révoquées par une ordonnance exécutive. Toute ordonnance, loi ou mesure administrative qui pourrait amener le Département d'Etat Américain à disqualifier les réfugiés de la protection et du programme de réinstallation sur la base de leur nationalité ou religion est un déni des principes sur lesquels cette nation a été bâtie, est contraire au leadership que notre pays a offert jusque-là, et déshonore notre humanité commune.

Jésus était clair dans ses enseignements. Dans l'Evangile de Matthieu, Jésus dit : « Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé » (Matthieu 10:40).

Les réfugiés et les immigrants arrivent chez nous, non seulement avec leurs besoins, mais aussi débordent d’énergie, de ressources, d'amour pour la liberté et sont pleins d'espoir. Ces talents ont toujours contribué au renouvellement de notre société et de l'Église.

Par-dessus tout, ces étrangers nous apportent le Christ. Lorsque nous accueillons un étranger, nous accueillons Jésus, et lorsque nous accueillons Jésus, nous accueillons notre Créateur. Les réfugiés, les immigrants, ceux qui aspirent à être libres, ce sont ceux dont Jésus a parlé quand il a dit : « J'étais un étranger et vous m'avez accueilli » (Matthieu 25:35).

Jésus dit à plusieurs reprises à ses disciples :

« Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera » (Matthieu 16:25).

La langue grecque d'origine est beaucoup plus poétique, puissante et prophétique. Dans les traductions plus fines de la langue grecque, nous entendons Jésus dire :

«Quiconque cherche à construire un mur autour de son âme la détruira ; quiconque déchire le mur (autour de son âme) fera renaitre son âme à la vie. »

L'âme même de notre pays est en jeu. Lorsque nous abandonnons des étrangers qui sont en proie au fanatisme, à la xénophobie et à la violence, non seulement nous détruisons leur espérance, mais nous détruisons nos propres âmes. Lorsque nous ne parvenons pas à aider les réfugiés qui fuient le danger, non seulement nous les mettons en danger, mais nous nuisons à nos propres âmes. Lorsque nous construisons des murs de béton ou des murs de rhétoriques de division, ou des murs de peur, ou des murs de politique d'immigration immorale, nous construisons un mur autour de nos propres âmes.

Le Christ nous appelle à abattre les murs autour de nos âmes pour que nous vivions pleinement et abondamment. J'invite donc l'administration Trump et le Congrès américain à annuler les décrets exécutifs injustes et à sauver l'âme de notre pays. J'invite tout le peuple de l'Église Méthodiste Unie à voir la face du Christ chez le réfugié. Dites « non » au mur de notre pays et de notre cœur et dites « oui » à leur espoir - notre espoir - pour une vie nouvelle. Unissons-nous et travaillons ensemble pour faire renaître l'âme de ce pays !

L’Evêque Bruce R. Ough,

Président du Conseil des Evêques

L'Église Méthodiste Unie

30 Janvier 2017

Contact Média

Diane Degnan
presscenter@umcom.org