Skip Navigation

Photo du Rév. Ande I. Emmanuel, UMNS

Une victime est transportée dans une fosse commune dans le village de Katibu à Lau (Nigeria). Une récente attaque de bergers dans l'État de Taraba a fait plus de 50 morts, dont 38 Méthodistes Unis, selon le Rév. Irmiya Bako, surintendant du district de Yugorobi.

Des Méthodistes Unis parmi les morts de l’attaque au Nigeria

 

Par le Rév. Ande I. Emmanuel
1 Février 2018 | LAU, Nigeria (UMNS)

Une récente attaque de bergers à Lau a fait plus de 55 morts, dont 38 Méthodistes Unis, selon le Rév. Irmiya Bako, surintendant du district de Yugorobi, où l'incident a eu lieu.

Bako a décrit le mois de janvier comme le mois le plus triste de l'État de Taraba, ajoutant que six villages étaient constamment assiégés par les présumés bergers peuls.

« Ce triste événement a fait plus de 55 morts et, au moment où je vous parle, 44 personnes sont encore portées disparues. Des cadavres de personnes, dont la majorité est composée de femmes et d’enfants, ainsi que des personnes âgées sans défense étaient jonchés partout. Ils sont en train de se décomposer. Nous n'avons (donc) pas le choix (si ce n’est) de les enterrer dans une fosse commune, » a expliqué Bako.

La plupart des bergers musulmans - principalement de l'ethnie peule - et les agriculteurs chrétiens se sont affrontés sur des terres de la région pendant des années. Selon la BBC, l'armée nigériane a déployé des forces spéciales dans les États de Benue, Nasarawa et Taraba au cours des dernières semaines pendant que les attaques s'intensifiaient.

Victims of an early January attack in Benue State are prepared for mass burial at a morgue in Makurdi, Nigeria. Photo by the Rev. Ande I. Emmanuel, UMNS.

Les victimes d'une attaque au début du mois de janvier dans l'Etat de Benue sont apprêtées pour une inhumation de masse dans une morgue à Makurdi (Nigeria). Photo du Rév. Ande I. Emmanuel, UMNS

 

Le Directeur général de l’agence de l’Eglise Méthodiste Unie chargée des ministères globaux a déclaré que l'agence étudiait la possibilité d'aider les sans-abri victimes de ces attaques.

« Nos prières et notre esprit de solidarité sont avec tous ceux qui subissent la violence et la persécution des groupes extrémistes au Nigeria, » a déclaré Thomas Kemper. « Nous appelons également le gouvernement central du Nigéria à protéger toute la population du pays. »

Le directeur d'Amnesty International Nigeria a déclaré que la réponse des autorités à la violence communautaire est totalement inadéquate, trop lente et inefficace, et dans certains cas, illégale. « Des centaines de personnes ont perdu la vie l'année dernière. Et, le gouvernement ne fait toujours pas assez pour protéger les communautés de ces affrontements violents. Pire, les meurtriers s'en tirent après les meurtres, » a affirmé Osai Ojigho.

L'organisation de défense des droits de l’homme a déclaré que les affrontements entre bergers et agriculteurs à Adamawa, Benue, Taraba, Ondo et Kaduna ont fait 168 morts en janvier 2018.

Souvent armés de fusils AK-47, de machettes et d'épées, les assaillants attaquent systématiquement les villages tôt le matin quand tout le monde dort. L'attaque la plus récente à Lau, une zone gouvernementale locale dans l'État de Taraba (Nigeria), a complètement détruit les villages de Lavoro, Katibu, Mako, Nega, Bang et Lushi.

« A 2 heures du matin, nous avons entendu des coups de feu dans les villages voisins ... Nous avons vu des maisons qui étaient incendiées et nous avons entendu des femmes et des enfants pleurer. Nous n'avons pas d'autres choix que de fuir, » a expliqué Gabriel Zinas, qui vit près de Katibu. 

Coffins are lined up outside a morgue in Makurdi, Nigeria. More than 70 people were killed by suspected Fulani herdsmen in the Guma and Logo counties of Benue State in early January. Photo by the Rev. Ande I. Emmanuel, UMNS.

Les cercueils sont alignés devant une morgue à Makurdi (Nigeria). Plus de 70 personnes ont été tuées par des présumés bergers peuls dans les comtés de Guma et de Logo, dans l'Etat de Benue, début janvier. Photo du Rév. Ande I. Emmanuel, UMNS.

 

L'école biblique Didango, une école Méthodiste Unie de Lau, qui forme des évangélistes locaux, a également été détruite par le feu, selon le pasteur Baziel Y. Yoila, assistant administratif de la Southern Nigeria Conference.

D’autres attaques ont également eu lieu dans les contrées de Guma et de Logo dans l'État de Benue au début de janvier.

« Des hommes armés soupçonnés d'être des bergers Fulani ont attaqué ces communautés, ont tué environ 73 personnes, détruit complètement leurs maisons et leurs denrées alimentaires, obligeant plus de 1760 personnes à fuir les villages pour se réfugier dans les villages voisins, » selon le Rév. Moses Yev de l’Église Chrétienne Reformée de Makurdi.

Elizabeth Yohanna, présidente des femmes de la Southern Nigeria Annual Conference, a qualifié cette situation de tragique.

« Je n'ai jamais vu une telle chose dans ma vie. En assistant à l’ensevelissement en masse de 73 personnes, j'ai vu des larmes couler des yeux des personnes qui regardaient leurs bien-aimés être enterrés dans une fosse commune. Nous demandons à Dieu, dans sa miséricorde, de rétablir la paix dans notre pays » a-t-elle dit.

Selon le rapport du surintendant du district, 48 membres de l'Église Méthodiste Unie ont été tués et 14 villages ont été détruits entre le 2 et le 23 janvier dans l'État de Taraba. Plus de 6000 personnes, principalement des femmes et des enfants, ont été déplacées de leurs foyers.

Parmi les personnes intérieurement déplacées figurent des femmes enceintes et en couches, a indiqué M. Bako, ajoutant que les personnes déplacées vivaient dans des camps en plein air et étaient exposées à de nombreux dangers. 

A map of Lau, Nigeria, courtesy of Google Maps.

Une carte de Lau, au Nigeria, (Source : Google Maps).

 

La situation au Nigeria a été évoqué pendant la réunion du Conseil œcuménique des Eglises le 30 janvier, portant sur le thème de « Changer le Récit : Médias, Migrants et Réfugiés. » Au nombre des participants figuraient des représentants de groupes religieux, des Nations Unies et une organisation de médias chrétiens.

Bako a indiqué qu'environ 3700 Méthodistes Unis étaient actuellement déplacés et avaient besoin d'une assistance urgente puisque beaucoup de personnes cherchaient refuge dans les structures Méthodistes Unies à Jen, Jalingo, Kunini, Garin Dogo et Kufai.

« Ce qui s'est passé dans ces villages est si écœurant, » a déclaré Driver B. Jalo, directeur des ministères connexionnels à la Southern Nigeria Conference. « Vous pouvez voir comment des personnes innocentes souffrent de la faim et de la malnutrition dans les camps (personnes déplacées). Nous avons besoin d’une assistance urgente pour la nourriture, les vêtements, les médicaments de premières nécessité... dans le cadre du processus de rétablissement. »

Le Rév. Ande I. Emmanuel est le secrétaire de conférence de la Southern Nigeria Conference et du Conseil Église et Société de l’Eglise Méthodiste Unie chargé de l'engagement de la Congrégation et de la Communauté au Nigeria. Contact Média : newsdesk@umcom.org.