Skip Navigation

Photo de Mike DuBose, UMNS.

Rufine Yéi Sess Bottis (à gauche) et sa fille Fidélia, 15 ans, vivent à Sipilou, en Côte d'Ivoire. Elles ont préparé le déjeuner et ont chanté devant des visiteurs venant des États-Unis, de Genève et d'Abidjan.

La joie du culte en Côte d’Ivoire

 

Par Kathy L. Gilbert
23 Avril 2015| ABIDJAN, Côte d’Ivoire (UMNS)

Cliquez ici ou sur l'image pour entendre le chant des chorales et faire défiler les photos.

View slideshow mobile version

Il fait toujours chaud, même avant d’enfiler les aubes noires et lourdes de pasteurs ainsi que les chemises à manches longues sous des vestes en laine, les longues et belles robes de choristes avec des coiffures raffinées.

Mais, il ne fait pas vraiment chaud jusqu'à ce que le culte commence.

Attendez que la musique, les chants accompagnés de battements de mains et la danse ne commencent. Alors, tout le monde transpire.

Tout élément dans le culte, aussi infime soit-il, est lié à la joie.

Les offrandes se transforment en célébration d'une heure car chaque personne danse vers l'avant pour déposer tout ce qu'elle a dans la corbeille, le tronc ou le plateau. Plusieurs fois de suite. Les rangs se forment ; chaque personne dépose sa dîme, retourne dans le rang et donne ses offrandes. Ensuite, les fidèles donnent plus pour les collectes spéciales pour l'église ou la communauté.

Ce dimanche, au Temple Emmanuel de l’Eglise Méthodiste Unie de Man (Côte d'Ivoire), le pasteur encourage les fidèles à donner généreusement : « A travers ces offrandes, nous offrons nos cœurs et nos vies. Prends-les afin que cela puisse servir à l’avancement de ton Royaume ici-bas. »

Ce que vous avez ici, c'est l'Eglise. L’Église en Afrique.

Et, l’Eglise n’a pas lieu le dimanche matin uniquement. Parfois, elle a lieu jusque tard dans la nuit un mercredi, ou tôt le matin un jeudi.

Parfois, elle a lieu dans une petite cabane, au cours du repas de la mi-journée assaisonné d’hymnes mélodieux d'une mère et d'une fille qui chantent le Christ.

Le culte peut commencer avec une fanfare qu’entourent les fidèles de la communauté. A l’'intérieur deux ou trois chorales vêtues d’aubes et de toques soutenues par des épingles étincelantes. Ou encore, trois ou quatre jeunes gens avec un tambour fabriqué à partir d'un morceau de bois et agitant des boîtes de biscuits rouillés.

Dieu est présent. Dieu est adoré.

Lorsqu’ils chantent : « Venez, venez voir… voyez comment je loue mon Dieu, » ils le pensent vraiment.

Les visiteurs sont toujours accueillis avec exubérance et gentillesse.

J'ai été accueillie et aimée par de nombreux chrétiens en Côte d'Ivoire lors d'un voyage dans ce pays vers la fin de janvier.

Merci pour votre gracieuse hospitalité :

  • Église Méthodiste Unie Temple Bethel d’Abobo-Baoulé (Abidjan)
  • Église Méthodiste Unie de Sassandra
  • Rufine Yéi Sess Bottis et sa fille, Fidélia (15 ans) à Spilou.
  • Église Méthodiste Unie Temple Emmanuel de Man

Gilbert est journaliste multimédia pour United Methodist News Services. Contact Média: newsdesk@umcom.org