Skip Navigation

Photo de Joe Iovino, United Methodist Communications

Lorsque John Wesley est venu à Bristol, en Angleterre, il a organisé une Société Méthodiste et a commencé des réunions de classe pour aider les gens à grandir dans leur foi.

Photo de Kathleen Barry, United Methodist Communications.

John Wesley a développé le modèle des sociétés, des classes, et des groupes pour les habitants de Bristol, et l’a rapidement utilisé dans d'autres endroits également.

Photo de Kathleen Barry, United Methodist Communications.

Les bancs dans la Nouvelle Salle ne sont pas originaux, mais l'horloge l’est. John Wesley a conseillé à ses prédicateurs ; «Soyez ponctuels. Faites tout exactement à temps. »

Photo de Kathleen Barry, United Methodist Communications.

La Nouvelle Salle est « où John et Charles Wesley ont créé un mouvement qui contribue encore à façonner la vie de millions de personnes. »

Previous Next

La Méthode du Méthodisme se développe : les Sociétés et la nouvelle salle

 

Un Reportage de Joe Iovino *

Deuxième partie d'une série de 3 articles sur la formation des disciples d'hier et d'aujourd'hui. Lire la 1ère partie.

Grandir dans le discipolat en petits groupes - comme se joindre, par exemple, à un groupe de fitness ou de soutien parental - exige la mise en pratique tous les jours de ce que l'on apprend dans le groupe.

Les Wesley ne furent pas les premiers à le découvrir. Le Club des Saints d’Oxford, tel que présenté dans le premier de ces trois reportages sur le Méthodisme, fait partie de la tradition des sociétés religieuses qui ont gagné en popularité en Angleterre depuis les années 1670. Certains des membres fondateurs du Club des Saints ont dû quitter d'autres sociétés pour se joindre à John, Charles et les autres.

Lorsque les membres du Club des Saints ont obtenu leurs diplômes universitaires, certains sont devenus des prêtres dans l'Église d'Angleterre, ils ont formé des sociétés semblables au Club des Saints d’Oxford partout où ils allaient. Les Wesleys, par exemple, ont exporté ce modèle en Amérique au cours de leur voyage missionnaire en Géorgie.

À leur retour d'Amérique, les frères ont rejoint et dirigé des sociétés. Chacun a expérimenté l'assurance du salut, lorsque le cœur de John s’est « étrangement ranimé » par le Saint-Esprit après avoir participé à des réunions de la société, comme il l’a décrit.

Peu après cette douce expérience, un ancien membre du Club des Saints a invité John à venir à Bristol. George Whitefield, un prêtre dans l'Église d'Angleterre, y avait commencé un ministère de prédication en plein-air, mais était sur le point d’entamer son propre voyage missionnaire en Amérique.

Wesley y a prêché et a commencé à organiser les fidèles de Bristol en une Société Méthodiste. Le but des Sociétés Méthodistes était de se soutenir les uns les autres dans la poursuite de « la sainteté du cœur et de la vie», c’est-à-dire « l’amour universel qui remplit le cœur et régit la vie » (tiré de « Conseils à Un Peuple Appelé Méthodiste »).

Bien que Whitefield fût le prédicateur principal, la société a rapidement pris de l’ampleur sous la conduite de Wesley.

La croissance a été si rapide qu’en quelques mois seulement après son premier sermon, les Méthodistes de Bristol ont commencé la construction d'une grande salle de réunion (meeting house) appelée la Nouvelle Salle que les Pèlerins Wesleyens en Angleterre ont visitée.

La Nouvelle Salle reflète l’œuvre de la Société Méthodiste qui consiste à aimer Dieu et son prochain.

John Wesley et d'autres prédicateurs ont utilisé le pupitre de la chapelle de la Nouvelle Salle pour prêcher pendant les réunions de la Société, qui comprenait aussi des temps d'enseignements et de cantiques.

Les bancs fixes sur lesquels les pèlerins s’asseyent aujourd'hui, ne sont pas partie de l’histoire du bâtiment. À l'époque de Wesley, les meubles étaient amovibles parce que le meetinghouse était aussi un centre pour l’œuvre missionnaire de la Société. Depuis la Nouvelle Salle, les Méthodistes ont nourri les pauvres, enseigné les enfants, distribué des médicaments à ceux qui ne pouvaient pas consulter un médecin, et servi leur communauté par d'autres moyens.

La Classe

Wesley a découvert cette innovation lorsqu’il était à Bristol.

Pour éponger la dette contractée pour la construction de la chapelle, un leader a suggéré à Wesley que chaque membre de la Société donne un centime par semaine. En vue de faciliter cette collecte, Wesley a subdivisé la société en « classes » de douze personnes et a nommé des conducteurs de classes qui ont accepté de recueillir l'argent, et de payer pour ceux qui n’en avaient pas les moyens.

Au cours de leurs visites hebdomadaires, les conducteurs des classes ont remarqué que certains membres de la Société avaient du mal à atteindre la sanctification. Peu après, les conducteurs ont ajouté à leurs devoirs le fait d’encadrer spirituellement les membres de leurs classes.

Les réunions de classes hebdomadaires ont peu après remplacé les visites individuelles. Au cours des réunions de classe, « une enquête plus approfondie était faite sur le comportement de chaque personne ... Des conseils ou réprimandes étaient donnés, si nécessaire, les querelles traitées, les malentendus levés. »

Outre les réunions de la Société et des classes, les groupes d'environ cinq personnes du même sexe et statut matrimonial se réunissaient pour confesser leurs péchés et leurs épreuves. On estime qu’environ 1 sur 4 Méthodistes était régulièrement membre d’un groupe.

Les Méthodistes assistaient également aux cultes hebdomadaires dans leur église locale et recevaient le sacrement de la Sainte Cène.

Le but était d’inculquer aux leaders la notion de discipolat, leur faire vivre l’amour de Dieu et du prochain, comme le Club des Saints d’Oxford l’avait fait des années auparavant.

Les Règlements Généraux

Pour permettre aux membres de se focaliser sur la poursuite de la sanctification, Wesley a développé les Règlements Généraux de Nos Sociétés Unies. Il a écrit,

Il est donc attendu de tous ceux qui souhaitent y demeurer de mettre en évidence leur désir du salut,

Premièrement: En ne faisant pas de mal, en évitant le mal sous toutes ses formes...;

Deuxièmement : En... faisant le bien, et, autant que possible, envers tous...;

Troisièmement : En participant à toutes les ordonnances de Dieu (Livre de Discipline 2012¶102).

Aujourd'hui, les Règlements Généraux ont été adaptés pour donner la Règle Générale du Discipolat, « témoigner de Jésus-Christ dans le monde, et mettre en pratique ses enseignements par des actes de compassion, de justice, de culte et de dévotion, sous la direction du Saint-Esprit » (Livre de Discipline 2012¶1117.2.a).

Alors que Wesley n'a pas utilisé les termes compassion, justice, culte et dévotion, ces pratiques traduisent la plénitude des moyens de grâce que Wesley décrit dans les Règlements Généraux.

Les actes de compassion et de justice sont des œuvres de miséricorde - les deux premières Règles Générales. Les actes de compassion sont ce que nous faisons pour aider un ami, un membre de notre famille, ou un étranger. Les actes de justice sont ce que nous faisons ensemble, en tant que communauté de foi, pour répondre aux causes de la douleur du prochain.

Le culte et la dévotion sont des œuvres de piété - les pratiques que Wesley a appelées « les ordonnances de Dieu. » Les actes de dévotion sont des pratiques que nous faisons en privé pour entretenir notre relation personnelle avec Dieu. Le culte est ce que nous faisons quand nous nous réunissons en congrégation pour nous offrir à Dieu par la prière, la louange, la proclamation, et le sacrement.

Le Livre de Discipline donne mandat à l’agence de discipolat, Discipleship Ministries de l'Église Méthodiste Unie d’encourager, de fournir des ressources, des formations et faciliter la création des groupes de responsabilité dans les Églises Méthodistes Unies.

La réunion de la Classe du 18ème siècle des premiers Méthodistes a été imaginée en Groupes d’Alliance de Discipolat et Classes des Leaders d'aujourd'hui.

Plus d’informations sur les Groupes d’Alliance de Discipolat et sur notre vocation à faire des disciples dans la 3ème Partie.

* Joe Iovino travaille pour UMC.org à United Methodist Communications. Contact Média : newsdesk@umcom.org