Skip Navigation

Photo de Mike DuBose, UMNS

Le Livre de Discipline 2012 de l'Église Méthodiste Unie.

Le Conseil Judiciaire examine les sanctions liées au clergé

 

Par Linda Bloom
30 Octobre 2016 | LISLE, Ill. (UMNS)

Les sanctions imposées par les tribunaux de première instance impliquant le clergé ont fait l'objet de deux audiences séparées le 25 Octobre devant le Conseil Judiciaire de l’Eglise Méthodiste Unie.

L’organe judiciaire suprême de l’Eglise qui s’est réuni du 25 au 28 Octobre à l'Hôtel Hyatt Regency de Lisle (Illinois, Etats-Unis) a statué sur 11 dossiers, dont trois liés à la position de l'Église sur l'homosexualité.

Une audience a porté sur un appel du Comité d'appel de la Juridiction du Sud-Est. Le comité a confirmé une décision relative au procès de l’église du 11 au 12 Janvier 2016, du Révérend Errol Leslie par la Conférence de Floride.

La cour a conclu que Leslie - qui travaillait dans une congrégation en Floride à la suite d’une affectation inter-conférence – est coupable d’accusations de déviance sexuelle, d'immoralité et de désobéissance à l'ordre et à la discipline de l'Église Méthodiste Unie. Le tribunal a mis un terme à ses fonctions de clergé à la Conférence Annuelle de New England.

Le Révérend Scott Campbell, représentant de Leslie, a déclaré que l'appel était fondé sur un processus équitable, une jurisprudence et une autorité du Conseil Judiciaire. Il a souligné des erreurs dans le processus de contrôle liées à la plainte contre Leslie et a soutenu que la Conférence de Floride n'avait pas le pouvoir de le juger.

« On n’aurait jamais dû avoir un procès en Floride», a déclaré Campbell. « On n’aurait jamais dû avoir un appel dans la Juridiction du Sud-Est. Toute question aurait dû être renvoyée à la Conférence Annuelle de New England. »

Le Révérend Jay Therrell, un surintendant de district qui servait d'avocat de la Conférence de Floride, a déclaré que Leslie avait avoué une relation extraconjugale qui a endommagé sa congrégation, l'église et a enfreint ses vœux d'ordination. Quelques erreurs dans le processus ont pu se produire, mais rien n’a influé sur le résultat de son procès, selon Therrell.

Le Conseil Judiciaire a confirmé la décision prise par le Comité d’Appel, statuant sur la Décision 1332 que les erreurs citées par Leslie n'ont pas affecté le verdict ou la sanction.

Originaire de la Jamaïque, Leslie conserve son titre de pasteur et de membre de l'Église Méthodiste des Caraïbes et des Amériques.

Un élément distinct du dossier était lié à une décision prise par l’Évêque Sudarshana Devadhar, de la Conférence de New England, sur une question de droit dans l’affaire de Leslie. Dans cet élément, la cour a relevé que l'évêque n'avait pas le pouvoir de : « prendre une décision de fond » sur ce qui est essentiellement une pétition relative à une décision déclaratoire.

Dans la décision 1331, la cour a écrit : « les questions relatives à la constitutionnalité d'une loi de la Conférence Générale qui relève de la compétence du Conseil Judiciaire sont au-delà de la portée de l'autorité épiscopale. »

Deuxième audience

Une deuxième audience s’est penchée sur une demande de la Conférence du Texas relative à une décision déclaratoire sur une sanction imposée à la Révérende Carla Badgett après un procès de l’église en 2012.

Le Révérend Jason Burnham, au nom de Badgett, a déclaré que la requête au Conseil Judiciaire portait, en fait, « sur tout ce qui avait eu lieu après que la sanction (une suspension de trois à cinq ans) ait été rendue. »

Il a fait valoir que le Conseil des Ministères de la Conférence du Texas avait tort pour avoir révoqué les pouvoirs du pasteur trois ans plus tard, après qu’elle ait respecté toutes les exigences de la suspension. Cette dernière action, ne lui a donné aucun pouvoir de recours, a-t-il affirmé.

« Le Conseil des Ministères a agi comme si cela était la suite d'un procès, alors que le procès n'a jamais pris fin », a déclaré Burnham. « La seule chose qui avait certainement pris fin était l'accès de la Révérende Badgett à ses droits. »

Mary A. Daffin, chancelière adjointe de la Conférence du Texas, a déclaré que le Conseil Judiciaire n’avait pas compétence pour traiter cette affaire. Daffin soutient que Badgett n'a pas été privé de son droit de recours après que le tribunal ait rendu sa décision.

Dans le Mémorandum 1336, le Conseil Judiciaire a convenu qu’il n’avait aucune compétence pour examiner les pénalités imposées par le Conseil des Ministères de la Conférence « lorsque le concerné n'a pas invoqué son droit de recours... »

Décisions supplémentaires

Dans une affaire de la Conférence Annuelle de Illinois Great Rivers liée à une sanction imposée à un membre du clergé, le Conseil Judiciaire, s’est référé aux décisions antérieures affirmant qu'un évêque n'avait pas le pouvoir de rendre des décisions de fond sur les questions judiciaires ou administratives.

Alors qu'une conférence peut demander une décision déclaratoire, le Conseil Judiciaire a déclaré dans la Décision 1337, qu’un «  individu ne peut pas contourner ce processus en demandant simplement à l'évêque qui préside de rendre une décision de droit de manière à déclencher un examen automatique par le Conseil Judiciaire ; le faire mine les procédures et les garanties énoncées dans la Discipline. »

Les autres décisions rendues par le Conseil Judiciaire lors de sa réunion d'automne ont, aussi, porté sur des questions liées à un poste d’extension ministérielle à West Ohio, l'éligibilité d'un aumônier du campus à un poste au sein d'une équipe de leadership de conférence dans le West Michigan et un changement de règle sur la nomination des responsables dans le Greater New Jersey.

Voir toutes les décisions de la réunion de 2016 Octobre du Conseil Judiciaire.

Bloom est une journaliste multimédia de United Methodist News Service basée à New York. Contact Médias : newsdesk@umcom.org