Skip Navigation

Photo de Mike DuBose, UMNS

Les cours ont eu lieu comme d'habitude, le 15 novembre, à Africa University de l'Église Méthodiste Unie à Mutare (Zimbabwe). L'armée a pris le contrôle de la ville d’Harare, la capitale, et a arrêté le président Robert Mugabe et son épouse.

Les étudiants de l’Université Méthodiste du Zimbabwe sont en sécurité

 

Par Vicki Brown
15 novembre 2017 | UMNS

Les étudiants et les professeurs de l'Université Méthodiste Unie du Zimbabwe ont organisé leurs cours comme d'habitude le 15 novembre alors que les militaires avaient pris le contrôle de la capitale Harare et maintenu le président Robert Mugabe et son épouse en résidence surveillée.

Le personnel de la conférence de l’Eglise Méthodiste Unie était également en sécurité, ont rapporté des membres de l'église.

Africa University à Mutare est situé à environ quatre heures de route d’Harare, la capitale. Munashe Furusa, vice-chancelier de l'université, a publié une déclaration soulignant que les étudiants et les professeurs étaient en sécurité.

« Nous tenons à vous assurer que les étudiants et le personnel sont en sécurité pour le moment. Les cours sur le campus de Mutare continueront comme d'habitude. Pendant ce temps, nous continuons de surveiller la situation, » a affirmé Furusa.

Le personnel de l'université a « mis en place des mesures d'urgence pour gérer la situation, » a-t-il noté.

« Par mesure de prudence, nous suspendons provisoirement les cours sur le campus d’Harare du fait de l'alerte sécuritaire en vigueur en ville, » a déclaré M. Furusa.

Be sure to add the alt. text

Des membres de l'Eglise Méthodiste Unie St. Dorcas à Harare (Zimbabwe) se réunissent pour prier pour leur pays après que l'armée a pris le contrôle de la capitale. Photo de Promise Karuwenga.

James Salley, vice-chancelier adjoint chargé du développement institutionnel de l'université, a déclaré que le comité exécutif s'est réuni le 14 novembre après avoir entendu parler des événements au Zimbabwe. L'université a célébré son 25ème anniversaire en mars 2017.

« L'université va bien. Les cours ont eu lieu toute la journée comme d'habitude, » a révélé Salley à United Methodist News Service. « Nous ne sommes pas face à une situation où les gens se battent dans la rue, bien qu'il semble que le gouvernement soit en train de changer. »

L'armée a déclaré qu'elle n'avait pas procédé à une prise de pouvoir mais qu'elle était en train de lancer un processus de restauration de la démocratie au Zimbabwe. Robert Mugabe, âgé de 93 ans et leader de la libération, qui dirige le Zimbabwe depuis près de quatre décennies, était assigné à résidence avec sa femme, Grace. Mugabe a récemment tenté de positionner son épouse de 52 ans comme son successeur, selon le New York Times. L'armée a également pris le contrôle de la ZBC, la chaine de diffusion de l’Etat.

Il y a environ 154 000 Méthodistes Unis au Zimbabwe, avec environ 600 églises et 455 membres du clergé, selon les chiffres de 2016 du Conseil Général des Finances et de l'Administration.

L’Evêque Eben Nhiwatiwa du Zimbabwe, qui est hors du pays, a déclaré qu'il avait communiqué avec son assistant administratif adjoint qui lui a certifié que la situation au Zimbabwe était calme et que les gens vaguaient à leur occupation quotidienne.

Il a soutenu que rien n'avait perturbé les activités de l'église. « Dans nos écoles et hôpitaux dans tout le pays, le travail continue comme d'habitude. Cela vaut également pour toutes les églises et les institutions gouvernementales, »a déclaré l'évêque. « Aucune perte en vie humaine n'a été rapportée nulle part. Nous prions et remercions Dieu d'avoir inspiré les dirigeants et le peuple du Zimbabwe à maintenir la paix. »

Rebecca Tendai Gurupira, qui travaille au bureau de la Conférence de l'Ouest du Zimbabwe, a dit à l'UMNS que tous les membres de l'église étaient « très en sécurité. »

D'autres Méthodistes Unies ont rapporté que les gens restaient, pour la plupart, à la maison pour suivre les communiqués des militaires.

Le Rév. Tauri Emmanuel Maforo, pasteur de l'Eglise Méthodiste Unie St. Dorcas à Harare, organisait une séance de prière en pleine semaine consacrée au pays et à la situation politique.

Be sure to add the alt. text

Le Rév. Tauri Emmanuel Maforo en train de prêcher pendant une séance de prière à l'Eglise Méthodiste Unie St. Dorcas à Harare (Zimbabwe) à la suite d'une prise de la capitale par les militaires. Photo de Promise Karuwenga.

Maforo a dit que l'église avait prié pour la paix et la prospérité au Zimbabwe.

« Les relations, la confiance et la nation ont besoin d'une guérison urgente. Nous prions donc dans le nom puissant de Jésus pour une résolution pacifique de l'impasse actuelle. Nous prions pour que le Dieu de paix envoie la paix dans le cœur de tous ceux qui sont pris au milieu de cette incertitude, » a dit Mafaro dans son sermon.

Solomon Nyamundaya, de l'Église Méthodiste Unie de St. Peters, a déclaré que la situation à Harare était « tendue, très tendue. »

« Nos bureaux sont à proximité du siège du Parlement. Et, l'armée nous a ordonné d'évacuer à 10 heures. Je suis ensuite rentré chez moi, » a-t-il dit.

Le Rév. Austern Chepiri, membre du conseil d'administration de la Région épiscopale du Zimbabwe, a déclaré qu'il a parcouru Harare en voiture.

« La situation est tendue mais paisible. Il y avait une forte présence militaire dans tous les bâtiments stratégiques, tels que le Parlement et les bureaux du gouvernement », a-t-il révélé.

L’Agence de l’Eglise Méthodiste Unie chargée des Ministères Globaux surveille également « la situation qui se déroule au Zimbabwe, » a déclaré Thomas Kemper, son directeur général, dans un communiqué.

Cette agence missionnaire a eu des nouvelles de la quasi-totalité de ses missionnaires et du personnel de son agence humanitaire au Zimbabwe, qui sont « en sécurité en ce moment, » indique le communiqué.

« Nous sommes infiniment reconnaissants qu'aucune effusion de sang n'ait été signalée dans la contestation actuelle entre le président Robert Mugabe et l’armée. Qu’il en soit toujours ainsi. »

« A Global Ministries, nous prions pour une issue pacifique à cette impasse politique afin que le Zimbabwe émerge avec un cadre démocratique solide dans lequel tous les citoyens peuvent participer sans craindre des intimidations ou représailles, » indique le communiqué. « Nous prions aussi pour que l’avenir repose sur une base politique et économique stable. »

Brown est rédactrice en chef d’United Methodist News Service. Eveline Chikwanah et Taurai Emmanuel Maforo, communicateurs dans la Région épiscopale du Zimbabwe, et la journaliste de l'UMNS Linda Bloom ont contribué à ce reportage. Contact Médias : newsdesk@umcom.org