Skip Navigation

Photo de Heather Hahn, UMNS

L’évêque LaTrelle Easterling, de Baltimore-Washington (à gauche) prie avec l’évêque Eben K. Nhiwatiwa, de la région du Zimbabwe, pendant le culte de la réunion du Conseil des évêques. Les évêques africains, y compris Nhiwatiwa, ont publié une lettre pastorale.

Les évêques africains soutiennent le travail de la commission sur « La Voie à Suivre »

 

Par Heather Hahn
8 novembre 2017 | LAKE JUNALUSKA, Caroline du Nord (UMNS)

Dans une lettre pastorale, les évêques africains appellent les Méthodistes Unis de leurs régions à soutenir le travail en cours de la Commission sur « La Voie à Suivre » dans la prière et le jeûne.

Ce groupe nommé par le Conseil des évêques - dont sept Africains font partie des 32 membres - a pour tâche d'essayer de trouver un moyen pour l'Eglise de maintenir son unité malgré des disparités profondes concernant le ministère de l’Eglise envers les personnes LGBTQ. La commission joue un rôle consultatif auprès du Conseil des évêques.

« Nous croyons que rien n'est impossible à Dieu » (Matthieu 19:26) selon la lettre des évêques africains, et que « quelle que soit la rage de la tempête, Dieu a le pouvoir de souffler sa paix pour calmer nos eaux orageuses. »

Les évêques africains ont publié leur lettre le 8 novembre, pendant la réunion du Conseil des évêques au cours de laquelle les dirigeants épiscopaux ont examiné l’état d’avancement du travail de la commission. Ces discussions sont à huis clos. Les évêques envisagent faire une déclaration publique plus tard.

La commission continuera de se réunir jusqu'au printemps prochain. Et, les évêques ont l’intention de présenter leurs recommandations finales lors de leur rencontre de mai 2018.

Les évêques ont convoqué une Conférence Générale extraordinaire, du 23 au 26 février 2019, à St. Louis, Missouri pour statuer sur ces recommandations. La Conférence Générale est le principal organe législatif de la dénomination. La moitié des délégués est composée de pasteurs et l’autre moitié de laïcs.

LE BUREAU DU NOUVEAU CONSEIL DES ÉVÊQUES

Par acclamation, les évêques ont élu le 8 novembre éliront les responsables qui présideront leurs travaux au cours des prochaines années.

L'évêque de la région de la Floride, Ken Carter, sera le président du conseil de l'évêque à partir de mai prochain. Carter est l'un des trois évêques modérateurs de la Commission sur « La Voie à Suivre. »

L'évêque de la région de Louisiane, Cynthia Fierro Harvey, qui est actuellement la secrétaire du conseil, succédera à Carter en tant que présidente à partir de mai 2020.

Mande Muyombo, évêque du Nord du Katanga et de la Tanzanie, sera le secrétaire des évêques à partir du mois de mai, pendant que Harvey se préparera pour son nouveau rôle.

En attendant, la lettre des évêques africains note que c'est une période difficile pour beaucoup dans l'Eglise.

« Nous sommes submergés par l'énorme défi que la question de la sexualité humaine pose pour toute la dénomination, » indique la lettre. « Nous réalisons et sommes attristés que notre dénomination soit brisée et ait besoin de guérison et de plénitude. »

Ce n'est pas la première fois que les évêques africains publient une lettre lors d'une réunion du Conseil des évêques. En novembre 2015, les évêques ont publié une lettre exhortant la dénomination à se conformer aux enseignements de l'Eglise concernant la sexualité humaine.

Le Livre de la Discipline, la constitution de la dénomination, soutient depuis 1972 que toutes les personnes sont d'une valeur sacrée, mais que la pratique de l'homosexualité est « incompatible avec l'enseignement chrétien. » Depuis lors, la Conférence Générale a décidé que la célébration de mariage des personnes de même sexe ou le fait d’être « un membre du clergé ouvertement homosexuel » comme étant des infractions aux lois de l'Église.

Le débat sur ces lois s'est intensifié ces dernières années. La nouvelle lettre des évêques africains a un ton conciliant.

« Nous réalisons que la tâche de rester une église ‘unie’ est certainement redoutable, » ont déclaré les évêques. « Mais aussi redoutable que cela puisse paraître, nous nous appuyons sur les riches expériences de notre histoire, où de temps en temps, Dieu, dans sa grâce divine, nous a conduits d'un défi redoutable à l'autre. »

La lettre continue en encourageant les membres de l'Eglise en Afrique « à garder la foi et le calme » pendant que la commission fait son travail.

Pendant les cultes lors de la rencontre du Conseil des évêques de cette semaine, les évêques nouvellement élus d'Afrique et des États-Unis ont prêché sur Jean 15, où Jésus ordonne à ses disciples de demeurer en lui et de s'aimer les uns les autres.

Mande Muyombo, évêque du Nord du Katanga et de la Tanzanie, a exhorté ses collègues à « se soutenir les uns les autres. »

« Conseil des évêques, notre soutien mutuel est nécessaire pour apporter la grâce et l'amour de Dieu à diverses communautés à travers le monde, » a prêché Mande, qui est également membre de la commission. « Notre soutien mutuel devrait nous conduire dans la mission de Dieu sans tenir compte des tensions et des différences sur la question de la sexualité humaine. »

L'évêque Karen Oliveto, qui dirige la région de Mountain Sky dans l'ouest des États-Unis, a offert un message similaire. Elle est la première évêque ouvertement homosexuelle de la dénomination et est mariée à une diaconesse.

« Quelle réforme radicale vivrions-nous dans l'Église Méthodiste Unie si vous et moi, en tant qu'évêques de l'Eglise, osions-nous nous lier d'amitié ? », a-t-elle demandé. Elle a exhorté ses collègues à modéliser les relations « fondées sur la voie de Jésus. »

Les évêques ont applaudi les sermons de Mande et d'Oliveto avec la même ferveur.

Lors du culte de clôture de ce conseil, le 8 novembre, les évêques ont prié avec des collègues de différentes régions avec qui ils ne sont pas nécessairement d'accord. Le culte faisait partie de l'initiative « Prier pour aller de l'avant » des évêques.

L’évêque Eben K. Nhiwatiwa, de la région du Zimbabwe, a prié avec l’Évêque LaTrelle Easterling, de Baltimore-Washington. Ils dirigent des conférences qui ont généralement préconisé des points de vue opposés sur l'homosexualité.

Nhiwatiwa, également membre de la commission, a déclaré à United Methodist News Service que lui et les autres évêques priaient pour que l'Eglise reste unie.

« Nous, en tant que dirigeants africains, appelons notre peuple à donner voix et espace à ce que fait l'Eglise, » a-t-il dit.

« Ensemble, nous verrons où Dieu nous conduira. »

Hahn est journaliste multimédia pour United Methodist News Services. Contact Média : newsdesk@umcom.org