Skip Navigation

Photo de Heather Hahn, UMNS.

Les évêques prient avec leurs collègues qui siègent à la Commission sur « La voie à suivre » lors d'une réunion du Conseil des évêques à Lake Junaluska (Caroline du Nord) le 8 novembre 2017.

Les évêques envisagent trois modèles pour l’avenir de l’Eglise

 

Par Heather Hahn
9 novembre 2017 | LAKE JUNALUSKA, Caroline du Nord (UMNS)

Les évêques Méthodistes Unis explorent trois modèles possibles devant permettre à l'Eglise de gérer l'inclusion des personnes LGBTQ.

Ces modèles ont été proposés aux évêques par la Commission sur « La voie à suivre, » qui a pour tâche d'essayer de trouver un moyen pour l'Eglise de maintenir son unité malgré des disparités profondes sur l'homosexualité.

Les évêques se sont réunis à huis clos du 6 au 9 novembre pour discerner si cette commission allait dans la bonne direction. Cette commission nommée par les évêques a trois autres réunions prévues au début de l'année prochaine. De plus, les évêques n’entrevoient pas d'élaborer des recommandations finales avant mai 2018.

Les possibilités à l’étude :

  • Maintenir le langage actuel du Livre de Discipline et accorder une grande importance à la responsabilité. Le livre de politique de l'Eglise dit que la pratique de l'homosexualité « est incompatible avec l'enseignement chrétien » et énumère le fait d’officier un mariage de personnes de même sexe ou d’être un membre du clergé « qui s’avoue homosexuel » comme étant une infraction en vertu des textes de l'Église.
  • Enlevez le langage restrictif et mettre l’accent sur la contextualisation. Cette option protège aussi les droits de ceux dont la conscience ne leur permettrait pas d'effectuer des mariages de personnes de même sexe ou de consacrer des personnes LGBTQ.
  • Créez plusieurs branches avec des valeurs clairement définies telles que la responsabilité, la contextualisation et la justice. Ce modèle maintiendrait le partage de la doctrine et des services et un Conseil des évêques.

Chaque possibilité inclut une voie de sortir pour les entités de l'Eglise qui se sentent convaincues de quitter la dénomination.

Dans un communiqué de presse, le Conseil des évêques a déclaré que chaque modèle possible représente des valeurs du conseil et de toute l'Eglise.

Dans son rapport provisoire, la commission n'a pas exprimé de préférence pour un modèle quelconque. De même, les évêques n’ont pas exprimé de préférence pour le moment.

Les évêques, tout comme les Méthodistes Unis qu'ils dirigent, ont des interprétations différentes des Saintes Ecritures et des points de vue différents sur le ministère de l'Eglise envers les personnes LGBTQ.

Parmi les participants aux discussions, l’on comptait des évêques dont les pays d'origine interdisent les activités homosexuelles et des évêques qui préconisent l'élimination des restrictions imposées aux églises, dont l'évêque Karen Oliveto, première évêque ouvertement homosexuelle de la dénomination.

Pourtant, un certain nombre d'évêques ont confié à United Methodist News Service qu’ils ressentaient un bon esprit dans la salle lorsqu'ils priaient pour l'avenir de l'Eglise.

« Vivez avec un cœur en paix et un esprit ouvert, » a déclaré l'évêque Sandra Steiner Ball, l'une des modératrices à ses collègues évêques, selon le communiqué.

Elle a ajouté que les trois modèles découlaient de la mission, de la vision et du champ d’investigation de la commission.

« Chacun de ces modèles est lié à une histoire et une expérience qui est représentée dans cet organe, » a déclaré Steiner Ball, qui dirige également la Conférence de West Virginia.

La commission se penchera sur les commentaires des évêques après les discussions de cette semaine. Le communiqué de presse indique, également, que la commission continuera de recevoir d'autres contributions sur les modèles possibles des membres de l'Eglise, par l’intermédiaire de leurs évêques respectifs.

La commission prévoit de partager les ressources utilisées par les évêques dans leurs conversations au cours de cette réunion sur son site web.

En fin de compte, tout ce que proposent les évêques sera soumis aux délégués laïcs et pasteurs au cours de la Conférence Générale extraordinaire, du 23 au 26 février 2019, à St. Louis, Missouri.

Tout au long de cette rencontre, les temps de culte dirigés par les évêques ont porté sur l'unité.

L'évêque Samuel Quire Jr., qui dirige la Conférence du Libéria, a invoqué la puissance du Saint-Esprit pour une « église dynamique », « une église d’ouverture » et « une église de tolérance » pendant le culte du 8 novembre.

« Nous savons que lorsque votre Saint-Esprit aura le contrôle, vous enverrez le navire appelé ‘Méthodiste Unie’ à bon port en toute sécurité. »

Dans son sermon du 9 novembre, l’évêque Sharma Lewis, qui dirige la Conférence de Virginie, a exhorté ses collègues à prier pour l'unité. Elle a également dit que la diversité était une partie essentielle de l'unité.

« Nous avons lutté cette semaine. Nous avons été anxieux cette semaine. Nous avons parfois frôlé la folie cette semaine. Mais, la question demeure : comment pouvons-nous maintenir l'unité au milieu de la désunion ? » a-t-elle prêché. « Jésus révèle l'unité... Il prie pour l'unité de la communauté, l'unité avec l'autre, l'unité avec Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit. »

L'évêque Bruce R. Ough, président du Conseil des évêques, a également demandé à tous les Méthodistes Unis de prier.

« Priez pour le travail de la commission et pour les évêques afin qu’ils continuent de discerner le plan de Dieu pour l'avenir de l'Eglise Méthodiste Unie, » a déclaré Ough dans un communiqué de presse, « un avenir d'amour pour toutes les créatures de Dieu et un avenir fait d’espérance. »

Hahn est journaliste multimédia pour United Methodist News Services. Contact Média : newsdesk@umcom.org