Skip Navigation

Enracinés dans la grâce de Dieu

Notre héritage Méthodiste Uni est enraciné dans un entendement profond de la grâce de Dieu. Cette grâce incroyable émane du merveilleux amour de Dieu pour nous.

La grâce peut être définie comme l’amour et la miséricorde que Dieu nous offre parce que Dieu veut que nous ayons cette grâce, et non pas parce que nous avons fait quelque chose pour la mériter. Nous lisons dans Ephésiens 2 :8-9, « car c’est par la grâce que vous avez été sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous ; c’est le don de Dieu – ce n’est pas les œuvres afin que personne ne se glorifie. »

Dans Living Our Beliefs : The United Methodist way de l’Evêque Kenneth L. Carder, il est écrit : « la grâce est la présence et la puissance de Dieu pouvant créer, guérir, pardonner, réconcilier et transformer des personnes, des communautés, des nations et l’univers entier. Là où Dieu, là aussi se trouve la grâce, la puissance de Dieu qui renouvelle et transforme. » John Wesley, le fondateur du mouvement Méthodiste a décrit la grâce de Dieu comme ayant trois dimensions : prévenante, justifiante et sanctifiante.

Le Livre de Discipline (Paragraphe 102) affirme : « quoique Wesley ait partagé avec beaucoup d’autres chrétiens la croyance en la grâce, la justification, l’assurance et la sanctification, il les a combinées d’une manière puissante à créer des emphases distinctes pour vivre une vie chrétienne pleine. »

La Grâce Prévenante

Wesley a compris la grâce comme étant la présence active de Dieu dans nos vies – Dieu nous devance pour nous préparer à vivre une vie de « plénitude et de guérison » dans son amour et celui du prochain. Cette présence ne dépend pas des actions humaines ou ni d’une réponse humaine. C’est un don qui est toujours disponible, mais qui peut être refusé.

La grâce de Dieu suscite en nous le désir de connaître Dieu et nous rend capable de répondre à l’invitation de Dieu à être en relation avec Dieu. La grâce de Dieu nous rend capable de discerner le bien du mal et nous offre la possibilité de choisir le bien.

Selon Carder, « La grâce prévenante est le fils prodigue dans l’évangile de Luc qui prend conscience de son identité perdue. Le désir ardent de retourner à la maison, la conscience d’avoir trahi, sa promptitude à la repentance – voici les manifestations de la grâce qui nous prépare à un nouvel avenir. »

Dieu prend l’initiative de se rattacher à l’humanité. Nous n’avons pas besoin de quémander l’amour et la grâce de Dieu. Dieu nous cherche activement.

La Grâce qui justifie

Paul s’est adressé à l’Eglise de Corinthe en ces termes : « Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui – même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation » (2 Corinthiens 5 :19b). Dans sa lettre aux chrétiens de Rome, Paul a écrit : « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous » (Romains 5:8).

Ces versets démontrent la grâce de Dieu qui justifie. Ils font ressortir la réconciliation, le pardon et la restauration. Par l’œuvre de Dieu en Christ, nos péchés sont pardonnés et notre relation avec Dieu est restaurée.

Selon John Wesley, l’image de Dieu – que le péché déforme – est renouvelée en nous par la mort de Christ. Dans la grâce qui justifie, le chrétien reconnait sa situation humaine, prend, consciemment, la décision de se tourner vers Dieu et prend la responsabilité appropriée de façonner sa vie de disciple. Une fois de plus, cette dimension de la grâce de Dieu est un don. Seule la grâce de Dieu nous met en relation avec Dieu. Nous n’avons pas besoin de franchir des obstacles pour plaire à Dieu et être aimés de Dieu. Dieu a agi en Jésus Christ. Nous avons seulement besoin de répondre par la foi.

Ce processus du salut implique un changement en nous ; changement que nous appelons « conversion ». La conversion est un changement de croyance, de vie spirituelle et de manière de vivre. Elle peut être soudaine et dramatique, ou graduelle et cumulative. Dans tous les cas, elle marque un nouveau départ. Sur la base des paroles de Jésus à Nicodème : « tu dois naître de nouveau » (Jean 3 :7b), nous parlons de cette conversion comme une renaissance, une nouvelle vie en Christ, une régénération.

S’inspirant de l’apôtre Paul ainsi que de Martin Luther, leader de la Réforme Protestante, Wesley a appelé ce processus « Justification ». La justification, c’est ce qui se produit lorsque les chrétiens abandonnent tous leurs vains efforts à se justifier eux–mêmes devant Dieu, à paraitre « justes » aux yeux de Dieu grâce aux pratiques religieuses et morales. C’est un temps où la grâce de Dieu qui justifie est expérimentée et acceptée, un temps de grâce et de pardon, de paix, de joie et d’amour renouvelé. En fait, nous sommes justifiés par la grâce de Dieu par la foi.

La justification est aussi un temps de repentance - s’éloigner des comportements enracinés dans le péché pour tendre vers des actions qui expriment l’amour de Dieu. Dans cette conversion, nous pouvons nous attendre à recevoir l’assurance de notre salut par le Saint-Esprit qui témoigne à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu (Romains 8 :16b).

La Grâce Sanctifiante

La grâce n’est pas un évènement statique qui se produit une seule fois dans nos vies. C’est une expérience continuelle de la gracieuse présence de Dieu qui nous transforme en ce que Dieu veut que nous soyons. Wesley décrit cette dimension de la grâce de Dieu comme étant la « Sanctification » ou la « Sainteté ».

Par la grâce sanctifiante de Dieu, nous croissons et devenons matures dans notre capacité à vivre et à marcher dans les pas de Jésus. Lorsque nous prions, étudions les Saintes Ecritures, jeûnons, adorons et témoignons avec les autres chrétiens, nous approfondissons notre connaissance de l’amour pour Dieu. Lorsque nous répondons avec compassion aux besoins des hommes et travaillons pour la justice dans nos communautés, nous renforçons notre capacité à aimer notre prochain.

Nos mobiles et pensées intérieurs, ainsi que nos actions et comportements extérieurs sont en conformité avec la volonté de Dieu et certifient notre union avec Dieu.

Dans Whom are we? Doctrine, Ministry and the Mission of the United Methodist Church, l’Evêque Carder fait remarquer que dans la voie de la sanctification, nous devons tendre vers la perfection, avec l’aide de Dieu. Par perfection, Wesley ne dit pas que nous ne ferions pas d’erreurs ou n’aurions pas de faiblesses. Il l’a compris, plutôt, comme étant un processus continuel de chercher à être parfait dans notre amour pour Dieu, les uns avec les autres et à faire disparaitre notre désir de pécher.

Sources:

« Teachers as spiritual leaders » - General Board of Discipleship - Utilisé avec permission
The United Methodist Member’s handbook manual by George E. Koehler, “Our Heritage Wesleyan” - www.umc.org