Skip Navigation

Une icône religieuse du Sauveur (Start441 / Pixabay)

Jésus-Christ était-il sans péché ?

 

On m’a enseigné que tous les humains étaient nés avec le péché originel. Jésus, est-il né d’une condition humaine, au point de pécher ?

Les normes doctrinales de l’Église Méthodiste Unie confessent que Jésus était tout à fait humain, tout à fait divin, et sans péché, soit originel ou actuel. Les Notes sur le Nouveau Testament de John Wesley affirme explicitement que Jésus était sans péché. Les Articles de Religion et La Confession de Foi, deux des trois autres normes doctrinales de l’Église Méthodiste Unie, l’affirment implicitement.

Les Notes sur le Nouveau Testament de John Wesley confirment la doctrine d’Hébreux 4:15 que Jésus était sans péché.

« Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. » Il pouvait pécher, mais il ne l’a pas fait.

Article II des Articles de Religion évoque, de manière indirecte, certaines préoccupations liées au péché originel.

« Le Fils, qui est la Parole du Père, le Dieu véritable et éternel, d’une seule substance avec le Père, a pris la nature humaine dans l’utérus de la Sainte Vierge, de sorte que les deux natures, complètes et parfaites, c’est-à-dire la Divinité et l’Humanité, se joignent dans une seule personne, sans jamais être divisées. »

La condition humaine de Jésus consiste à être « l’Humanité… parfaite. » Ce qui implique, entre autres, être libéré du péché originel. Saint Augustin est celui qui a expliqué amplement la doctrine du péché originel telle qu’adoptée par les Eglises occidentales dans son livre, « Du Mérite. » Saint Augustin y explique que le péché est transmis par l’acte de propagation humaine (Cf. chapitre XVIII, et paragraphe 23).

Bien que ce contexte ne soit pas expliqué dans l’Article, il sous-tend cet article et toutes les affirmations qui s’y réfèrent depuis le cinquième siècle. Puisque Jésus n’avait pas un père humain, et était né d’une vierge, le péché originel ne lui a pas été transmis. C’est pourquoi la naissance virginale du Christ est considérée comme une doctrine essentielle du Christianisme, et non pas seulement un miracle issu d’une intervention divine quelconque.


Article VIII de la Confession de Foi (La Réconciliation par Christ) dit :

« Nous croyons que Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même. L’offrande du Christ sur la croix est le sacrifice parfait et suffisant pour les péchés du monde tout entier, pour la rédemption de l’humanité de tout péché, afin qu’il ne soit exigé aucune autre satisfaction. » (Mis en italique pour mettre de l’emphase).

Bien que l’Article ne le dit pas explicitement, l’exigence biblique d’une victime sacrificielle est que la victime soit saine, sans « défaut ou difformité » (Deutéronome 17:1, LSG). Puisque Jésus est la victime sacrificielle pour les péchés, il doit être sans péché — originel ou actuel — afin d’être un tel sacrifice.

Avez-vous des questions ? Demandez à l’ÉMU. Et consultez nos Questions et Réponses Récentes.

Ce contient était produit par InfoServ un ministère de Communications Méthodiste Unie.