Skip Navigation

Photo d' une statue par Ulleo, Pixabay

Le jour de notre mort est-il prédéterminé ?

 

Mon ami m’a dit : « lorsque tu nais, le jour de ta mort est écrit dans le livre. » Qu'est-ce que cela veut dire ? Le jour de notre mort est-il prédéterminé ?

Plusieurs textes de la Bible évoquent le fait qu’il y a un temps pour mourir et que nos jours sont comptés. Le livre de Job dit : « les jours [de l’homme] sont fixés… Tu as compté ses mois… Tu en as marqué le terme qu'il ne saurait franchir » (Job 14:5). Psaume 139:16 et le célèbre verset de l'Ecclésiaste 3, « un temps pour naitre, et un temps pour mourir » soulignent aussi la finitude de la vie humaine.

Les auteurs de ces textes se demandaient pourquoi de mauvaises choses arrivent aux bonnes personnes, comme dans le livre de Job ou simplement en disant : « La vie est courte. »

Equilibrer l'omniscience de Dieu (qui sait tout) et le libre arbitre des êtres humains est toujours un exercice délicat. Lorsque nous disons que « le jour de notre mort est écrit dans le livre, » cela semble logique lorsque nous nous basons sur le fait que Dieu sait tout. Cependant, cela ne permet pas le libre arbitre des êtres humains, y compris le péché dans notre vie qui affecte parfois notre vie ou celle des autres. En recherchant cet équilibre, nous devons faire attention de ne pas dire que Dieu cause nos morts.

Le problème fondamental de John Wesley, fondateur du mouvement Méthodiste, était d’attribuer la responsabilité du mal à Dieu ou d’accuser Dieu pour les mauvaises choses qui arrivent aux humains, y compris la mort. Comme Lamentations 3:32-33 le souligne : « Mais, lorsque [Dieu] afflige, il a compassion selon sa grande miséricorde. Car ce n'est pas volontiers qu'il humilie et qu'il afflige les enfants des hommes. »

La Bible nous dit que la mort est un ennemi (1 Corinthiens 15:26) et qu’elle sera vaincue à la fin (Apocalypse 21:4). Jésus lui-même a pleuré la mort de son ami Lazare avant de le ressusciter (Jean 11:38-44). Dans un autre récit, Jésus a ressuscité une petite fille (Luc 8: 49-56). Il n'a pas accepté la mort. Il l’a combattue pendant son ministère. Et, sa résurrection marque « les prémices » des temps à venir lorsque la mort ne sera plus.

Les Méthodistes Unis ne croient pas que Dieu cause un préjudice à son peuple ou les tue. Plutôt, nous comprenons le mal et la mort dans le cadre de notre monde déchu, brisé et pécheur. Même si nous désirons ardemment voir le jour où la mort ne sera plus, nous reconnaissons l'amour et la présence inconditionnels de Dieu avec nous dans les périodes de souffrance, de douleur et même de la mort.

Quoi qu'il arrive après la mort, nous vivons dans l’espérance de la vie éternelle et dans l'assurance que « ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur » (Romains 8: 38-39).

Avez-vous d'autres questions ? Demandez à l’EMU. Consultez, également, d'autres questions et réponses récentes.

Ce contenu a été produit par InfoServ, un ministère de United Methodist Communications.